les-coursiers-suzerains.blog4ever.com

Les Coursiers Suzerains

Cholet Pays de Loire (Christophe Rota y était)

Comte rendu de Christophe Rota présent sur la cyclo Cholet - Pays de Loire:

Ciel gris toute la matinée (le soleil fera son apparition à l'arrivée), températures fraîches et toujours, toujours ce vent ! De Nord-Est cette fois. J'arrive à 6h50 à Cholet, soit une heure avant le départ. Je vais d'abord récupérer ma plaque de cadre puis je disperse çà et là les prospectus de la ronde du muguet (organisation du Cyclo Club Suzerain le 5 mai prochain).

 

Une fois ces opérations de VRP terminées, je retourne à la voiture me préparer. Quand je pars à l'échauffement, je n'ai plus que 15 minutes avant le départ. C'est bien trop, juste le temps de tourner un peu les jambes, je n'ai même pas pu sprinter ou faire monter le cœur. D'habitude, c'est minimum trente minutes d'échauffement mais là, vu le départ très matinal, cela laisse peu de marge de manœuvre. Je me prépare donc un départ compliqué…

 

Et en effet, les 25 premiers kilomètres, je ne suis pas bien ! J'avance mais dès qu'il y a un raidard, je recule inévitablement. Cela dit, cela ne m'inquiète pas plus que ça. Le but n'était pas d'être au top de ma forme en cette mi-mars. Non, le pic de forme, je le veux pour le 18 juin et la Bernard Hinault. Et puis, les raidards, je n'ai jamais aimé ça, je ne suis pas assez explosif…

 

Aussi, quand nous abordons enfin la première vraie longue bosse, j'ai le plaisir de constater que je remonte assez facilement la file… Je me retrouve dans un bon petit groupe (30-40 unités) et ça roule régulièrement à 30-35 km/h. Tout va bien sauf que vers le 40 ème kilomètre, le peloton de tête des 190 km nous rejoint et nous dépasse. Et là, tout fout le camp ! Certains veulent s'accrocher à ce peloton d'un autre niveau, du coup l'allure devient folle et inévitablement ça pète de tous les côtés ! Je me retrouve esseulé, mais bon mieux vaut être seul que mal accompagné !

 

Arrive alors LA bosse du parcours : 600m entre 9% et 13%. On la sent passé celle-là ! Et là, c'est chacun pour soi et sauve qui peut ! Moi, j'ai mis tout à gauche ! Du coup, alors que certains éprouvent le besoin de souffler en haut, moi je repars à l'abordage ! Et évidemment, je commence à ramasser les morts. Tous ceux qui se sont vus plus beaux qu'ils n'étaient se retrouvent désormais à l'agonie ! Je vais en remonter pas mal des comme ça…

 

Et comme il y a deux ans, à 50 km de l'arrivée, je commence ma montée en puissance. J'appuie de plus en plus fort sur les pédales et ce n'est pas le vent de 3/4 face qui m'en empêche… Je fonds ainsi sur différentes grappes de cyclos, par deux, par trois. Quand j'en ai rattrapé et que je vois à l'horizon, quelques autres au loin, j'accélère encore et ainsi de suite…

 

A 20 km de l'arrivée, je chatouille les pédales ! Cette fois, ceux que je récupère se calent dans mes roues. Personne ne sera en mesure de me prendre un seul relais dans ces vingt derniers kilomètres ! Je termine avec une file d'une dizaine de coureurs derrière moi… Les cuisses endolories mais heureux !

 

L'objectif aujourd'hui, comme je l'ai dit plus haut, n'était pas de s'accrocher aux gros pelotons vu que  je n'ai pas encore travaillé les hautes intensités sur le home traîner. Ça viendra plus tard. Non, l'objectif était de ne pas subir de coup de moins bien comme ça m'arrive des fois sur les cyclosportives et d'être capable d'accélérer dans le final. Tout cela est réussi ! Je suis donc très satisfait de ma course. Amis cyclos, je vous la conseille vivement cette randonnée !

 



20/03/2016
6 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 103 autres membres