les-coursiers-suzerains.blog4ever.com

Les Coursiers Suzerains

La Ronde du Muguet 2018

Compte-rendu de Christophe ROTA

 

Christophe Rota.jpg

 

C'est encore par une température hivernale (4°C) qu'a débuté cette ronde du Muguet 2018. Cependant comme pour le Rayon sarthois mardi dernier, le ciel était ensoleillé mais le vent s'annonçait dérangeant…

 

Je pris d'abord place dans un groupe d'une dizaine de cyclos, accompagné par Olivier et Salem. C'était quasiment un départ de cyclosportive (35-40 km/h) ! J'étais proche de la rupture quand nous rejoignîmes un groupe parti avant nous au sein duquel je reconnus Eric, Michel et quelques autres.

 

L'allure devint plus raisonnable mais hélas pour moi, je ne pus accrocher les roues dans la côte de Brûlon. Quelques hectomètres plus loin, un groupe de fous furieux, dans lequel Roger avait pris place, me déborda ! Je ne pouvais évidemment pas monter dans le wagon, j'étais encore en train de digérer ce départ trop rapide…

 

Au premier ravito de Loué, je retrouvai tout ce beau monde mais je les laissais partir sachant pertinemment que je n'aurais pu les suivre bien longtemps. C'est avec trois gars que je m'engageai sur le grand parcours mais ce redémarrage dans une bosse fut pour moi particulièrement indigeste et je me retrouvai seul…

 

Plus loin, avant St Denis d'Orques, un nouveau groupe revint sur moi dans lequel se trouvait Mickaël mais l'allure était plutôt irrégulière et l'unité pas de mise. Aussi, chacun au final se débrouillait un peu tout seul…

 

Je pris les devants dans la côte du signal des Viviers mais une flèche aperçue trop tard dans la descente, un arrêt pour prendre une photo et un autre arrêt pour bricoler mon compteur qui n'avait plus de mémoire (j'avais oublié d'effacer la sortie de mardi, ce que je fis tout de suite) eurent tôt fait de me reléguer derrière tout ce beau monde…

 

Un peu avant Chemiré en Charnie, David et Jéjé revirent sur moi comme des bolides et je ne pus évidemment pas accrocher leurs roues bien longtemps. Le passage à 10 % m'a été fatal sur ce coup…

Je continuais donc mon petit bonhomme de chemin, tout seul la plupart du temps…

 

Au second ravito de Loué, je repartis avec Jéjé, David, Nono et Thomas mais très vite dans la côte de Loué, je dus me résoudre à laisser filer… Décidément, les côtes aujourd'hui m'auront fait mal !

Là, j'entrais dans une période compliquée où entre Auvers sous Montfaucon et Bernay en Champagne, je buttais contre le vent de face et n'avais plus beaucoup d'énergie…

 

Heureusement, je retrouvai un vent favorable après Bernay et le retour de trois gars m'aida à trouver mon second souffle…

 

En effet, alors que l'un d'entre-eux n'arrêtait pas de mettre des à-coups, ce qui avait le don de m'agacer au plus haut point car au final, il était obligé d'attendre régulièrement ses deux copains, dans la côte de Coulans-sur Gée, m'étant refait une petite santé, j'accélérai et j'eu la surprise de constater que personne n'était en mesure de me suivre…

 

Ragaillardi, j'appuyai de plus en plus fort sur les pédales et au fil des bosses, je ne tardai pas à les distancer définitivement.

 

Un peu plus loin, je revins sur Mickaël qui m'avoua être rincé. En effet, il ne put pas me suivre bien longtemps, si ce n'est à distance et c'est donc seul que je regagnai le gymnase et l'arrivée de ce très beau parcours !

 

Il me restait alors 8,5 km pour rentrer à la maison mais plutôt descendant et vent dans le dos donc rien de bien méchant…

 

Profil et parcours

Les données

Au premier ravito de Loué

Au premier ravito de Loué

Au premier ravito de Loué

Peu après la côte du signal des Viviers

Au second ravito de Loué

A l'arrivée à La Suze

A l'arrivée à La Suze

A l'arrivée à La Suze



05/05/2018
3 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 86 autres membres