les-coursiers-suzerains.blog4ever.com

Les Coursiers Suzerains

La Route des Monts 2019

Compte-rendu de Christophe ROTA

 

Christophe Rota.jpg

 

Réveillé en retard (le réveil a bien sonné à 5h00 mais je me suis rendormi pendant 25 minutes), c'est au sprint que je me suis préparé pour cette Route des Monts 2019 et que j'ai rejoint Tennie, lieu de rassemblement. 

 

Je suis parvenu à rattraper l'essentiel de mon retard mais complètement si bien que j'ai vu le peloton partir sous mes yeux à 7h00 tapantes ! Moi, je n'ai pu monter sur le vélo que vers 7h08-7h10. 

C'est donc seul que je me suis élancé tranquillement. Etant plutôt mais carrément diesel, il me faut un certain nombre de kilomètres pour monter en régime. 

 

Après une dizaine de kilomètres, je fus rejoint par deux gars, l'un taillé pour grimper les cols, l'autre plutôt comme moi, on va dire massif. J'ai pris leur roues mais j'ai vite remarqué que le gars taillé comme moi se démenait comme un beau diable sur les parties planes face au vent mais dès que ça montait, c'était plus compliqué. Il était donc sur courant alternatif. Je me suis dit qu'il n'allait pas tenir longtemps à ce rythme-là… Et pas plus tard qu'au Mont Noir un peu avant le 20e kilomètre, je l'ai doublé et ne l'ai plus jamais revu… 

 

Le Mont Noir ! Un sacré chantier ! Une montée irrégulière avec du 9-10 % à mi-pente et 300 derniers mètres à 14% ! Le type de montée que je n'aime pas ! Je me suis quand même hissé tant bien que mal au sommet et cela eu pour effet de me débloquer ! Ensuite, les jambes tournaient mieux ! 

 

Au 39e kilomètre débutait le Mont Rochard, une montée que j'apprécie nettement plus car plus longue (4,5 km) et un peu plus régulière même si après avoir pris la petite route sur la droite, il y a encore un passage à 10 % ! 

 

Un peu avant le sommet, j'ai aperçu au loin un maillot familier : le mien, celui du CCS ! Sur l'espèce de plateau qui suivait le sommet, je suis revenu sur ce camarade qui n'était autre que Nicolas. On s'est juste salué car il n'a pas été en mesure de prendre ma roue. 

 

Sur la route entre Izé (lieu du ravito que je n'ai pas trouvé) et St Germain de Coulamer, je suis revenu un peu après le 50e kilomètre sur un autre camarade du CCS : Pierrot ! Nous avons roulé un peu ensemble mais étant un peu juste dans les montées, il m'a demandé de ne pas l'attendre. 

 

Au sommet du troisième Mont (Mont St Jean au 66e km), je suis donc parti après l'avoir pris en photo au passage (il m'a également pris en photo quelques centaines de mètres plus loin). 

 

A Montreuil le Chétif, au 75e kilomètre, ce fut au tour du col de la Source de se présenter sous mes roues. Une belle montée régulière de 2,5 km. 

 

J'ai encore rattrapé quelques gars puis après Conlie, nous avons pris un vent violent en pleine face ! Qu'est-ce que j'ai pu pester ! Je préfère, et de loin, monter trois cols de 20 km que de faire 3 km avec vent de face ! 

 

Bref… Je suis finalement arrivé à Tennie à une allure ridicule avec ce p… de vent ! A l'arrivée, je retrouvais un 4e camarade du CCS : Eric ! 

 

Au final, nous nous sommes retrouvés tous les quatre pour savourer ensemble le sandwich et la boisson offerte aux arrivants. 

 

Samedi prochain, place à la Ronde du Muguet et ses 150 km, les choses sérieuses commencent !

 

Les données

Les données

Profil et parcours

Profil et parcours

Avant le départ, 6h50 environ...

Avant le départ, 6h50 environ...

A l'approche du Mont Rochard

A l'approche du Mont Rochard

Pierrot à l'approche du sommet de Mont St Jean

Pierrot à l'approche du sommet de Mont St Jean

Le célèbre (pour les cyclos sarthois du moins) col de la Source

Le célèbre (pour les cyclos sarthois du moins) col de la Source

A l'arrivée avec Eric et Nicolas (de dos).

A l'arrivée avec Eric et Nicolas (de dos).

Pierrot... après l'effort !

Pierrot... après l'effort !



27/04/2019
10 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 91 autres membres