les-coursiers-suzerains.blog4ever.com

Les Coursiers Suzerains

Souvenez-vous

Page réservé aux histoires aux souvenirs du cyclo club Suzerain


Souvenez-vous - Episode 13 : les cols pyrénéens

Christophe Rota.jpg
(mis en ligne par CR)

 

Je vous partage (notamment pour ceux qui ne sont pas sur Strava) mes aventures pyrénéennes de la semaine dernière...


Sortie route n°45 / Solo (Soulor - Aubisque - Lourdes)

Après 12h de route la veille à tenter d'éviter les nombreux bouchons, après le ciel bouché à l'arrivée, après les grosses averses cette nuit, c'est sous un beau ciel bleu que je me suis élancé ce matin à l'assaut du col du Soulor et de son prolongement, le col de l'Aubisque.

J'étais super motivé très heureux à l'idée de me retrouver près de trente ans plus tard sur ces routes mythiques !

Séjournant à Argelès Gazost, au pied du col, pas d'échauffement avec une belle pente d'entrée de jeu durant 7 km, le temps de rejoindre Arcizans. Ensuite, cela s'adoucit jusqu'à Arrens avant d'entrer dans le vif du sujet : 6 km à 8 % de moyenne pour atteindre le col du Soulor.

Les jambes tournent à la perfection ! Du pur bonheur ! La vue tout le long de cette montée est magnifique !

Au sommet, c'est tout aussi merveilleux et la route qui suit, en corniche et tout aussi sublime. D'autant que la pente n'a, durant quelques kilomètres, rien d'effrayant. Il y a juste les trois derniers kilomètres d'ascension qui redeviennent plus sportifs avec 7 % de moyenne.

Au sommet de l'Aubisque, je retrouve le soleil que j'avais perdu l'instant de passer au travers de quelques nuages.

Près de 30 km ont alors été effectué sous une température de 6°C à 9°C. C'est idéal pour la montée (ni trop chaud, ni trop froid) mais c'est bien frisquet pour la descente. Un peu plus de 16 km à grelotter pour rejoindre Larruns...

Dans la vallée, le thermomètre est remonté entre 16°C et 20°C (22-23 dans les tout derniers kilomètres). Là, j'ai laissé de côté le coup de pédale de la montagne pour reprendre celui du rouleur. 65 km de plat agrémentés de quelques petites bosses ici et là pour rejoindre Lourdes via Louvie-Juzon et Asson, avec toujours en toile de fond, la majestueuse chaîne des Pyrénées !

Lourdes, la pieuse, la miraculeuse, vaut le coup d'œil mais évidemment elle est très (trop) fréquentée...

Et puis dans les 5-6 derniers kilomètres, je me suis offert une belle partie de manivelles avec un gars qui roulait fort, une centaine de mètres devant moi... J'ai cravaché pour le rejoindre mais j'y suis parvenu pile à l'entrée d'Argelès ! Hé ! Hé !

Mardi, direction le Tourmalet ! J'en salive déjà...
-------
Départ : Plutôt ensoleillé, 11°C, Humidité 93%, Vent 11km/h de S
Arrivée : Plutôt nuageux, 18°C, Humidité 72%, Vent 11km/h de O

Image 022

 

Image 023

Image 009

 

Image 010

 

Image 011

 

Sortie route n°46 / Solo (Tourmalet - Bagnères de Bigorre - Lingous)

Il était 6h46 quand je suis parti, le jour à peine levé, en direction du célèbre col du Tourmalet. Le ciel était bouché mais la pluie n'était pas prévue et la température était douce.

La veille en direction de Gavarnie, j'avais donc pris en voiture la même route jusqu'à Luz St Sauveur via les gorges de Luz ! J'avais alors vu pas mal de cyclistes et ils avaient l'air de peiner. Je me souvenais qu'en 1992 lors de mon unique passage en ces lieux, l'approche du Tourmalet n'avait pas été simple. Aussi, j'avais quelques craintes ce matin, surtout que j'avais encore les cuisses bien endolories par mon périple vers la grande cascade. Heureusement, tout s'est très bien passé ! Après quelques kilomètres, les jambes étaient de nouveau opérationnelles et ma foi, je ne peinais pas...

A Luz St sauveur, les choses sérieuses allaient pouvoir commencer. J'avais déjà le sourire aux lèvres, trop heureux de me retrouver sur cette route de légende...
17 km de montée régulière, la plupart du temps entre 7 % et 8 %.

Après quelques kilomètres, je devinais au loin que le ciel allait s'éclaircir et en effet, après Barèges, le soleil fit son apparition. Je me souvenais qu'il y a près de 30 ans, je m'étais arrêté à une fontaine sur la gauche. Aujourd'hui, pas question de s'arrêter !

J'allais quand même devoir poser pied à terre un peu plus haut mais juste quelques secondes, le temps de prendre une photo à l'entrée de la voie Laurent Fignon (l'idole de ma jeunesse), la route historique du col.

Les kilomètres passaient, l'altitude augmentait et je me sentais toujours aussi bien, un vrai bonheur !

Et puis les paysages devinrent sublimes ! Encore un arrêt de quelques secondes pour immortaliser cette vision de paradis !

J'arrivai enfin au sommet vers 9h30, trop content de cette magnifique montée. Les jambes étaient au rendez-vous ! Top !

Un arrêt un peu plus long cette fois pour ne louper aucune photo de tous les panneaux, toutes les stèles, tous les points de vue...

Après avoir enfiler le coupe-vent, je me lançai dans la descente, très sinueuse jusqu'à La Mongie, après quoi, j'entrai dans un brouillard épais. Je ne voyais plus la route, plus les virages, plus rien. Descente sur les freins jusqu'à passer sous les nuages et sortir de cette purée de pois...

Plus bas, nouvel arrêt à Ste Marie de Campan pour l'Histoire du Tour avec Eugène Christophe et sa fourche cassée qu'il répara lui-même dans une forge (une autre époque...).

Je fus vite arrivé à Bagnères de Bigorre bien aidé par les faux-plats descendants.

Ensuite, changement de décor ! Je trouvai sous mes roues des petites routes sinueuses alternant les montées et les descentes. Deux belles bosses au passage (3 et 4 km avec des bons pourcentages) avant de passer le col de Lingous, le plus facile du séjour car en descente !

Plus loin, après Juncalas, je retrouvai le même final que dimanche mais cette fois pas de camarade de jeu à poursuivre...

Des collèges cyclistes, j'en ai croisés un bon paquet sur le Tourmalet mais très peu dans le même sens que moi. J'en ai rattrapé et dépassé un avant Barèges et j'en verrais trois arriver au sommet après moi.

Jeudi, place à Hautacam (un sacré chantier !) et Cauterets Pont d'Espagne.
-------
Départ : Plutôt nuageux, 16°C, Humidité 87%, Vent 4km/h de NO
Arrivée : Plutôt nuageux, 20°C, Humidité 68%, Vent 7km/h de NE

Image 026

 

Image 027


Image 012

 

Image 013

 

Image 014

 

Image 015

 

Image 016


 

Sortie route n°47 / Solo (Hautacam - Cauterets Pont d'Espagne)

C'est à 6h36, le soleil encore couché, les lumières d'Argelès Gazost encore allumées, que je me suis élancé pour ma dernière sortie pyrénéenne.

La température était douce, le vent quasi inexistant et quelques nuages entachaient légèrement le ciel.

Après à peine 2 km, j'étais déjà dans le vif du sujet avec le début de la redoutable montée d'Hautacam et ses 14 km. J'avais quelques craintes car l'avant-veille, je l'avais déjà gravie mais en voiture et j'avais pu constater à quel point la pente était raide par moment et les cyclistes alors présents avaient vraiment l'air d'en baver !

En fait, il y a un certain nombre de courts replats qui permettent de reprendre sa respiration car entre ces points, c'est vraiment pentu ! Il y a notamment un kilomètre à 11 % de moyenne et d'autres à 10 %, 9,5 %, 9 %, 8,5 %, 8 %... A un moment, je me suis fait la réflexion que les tronçons à 8 % étaient finalement des petits répits, c'est dire la difficulté de l'ascension !

Autour de moi, le décor est grandiose ! A plusieurs reprises, on a une vue plongeante sur la vallée ainsi qu'un panorama exceptionnel avec les nombreuses montagnes, plus belles les unes que les autres !

Finalement, je n'ai pas fait un départ à la Anquetil dans l'Envalira en 1964 (@Thomas Lattari) car les jambes étaient toujours au rendez-vous. Je me suis même surpris à digérer ces fortes pentes d'aussi belle manière.

Ma routine d'ascension est désormais bien en place : une gorgée de boisson tous les 2 km que je synchronise avec le passage des panneaux indiquant l'altitude, la distance restante et le pourcentage moyen du kilomètre à venir.

Cependant, une petite déconvenue est intervenue. Arrivé au sommet d'Hautacam (celui du Tour), je ne voulais pas m'arrêter là et souhaitais poursuivre vers le col de Tramassel, 1,5 km plus haut. C'est ce que j'avais programmé dans mon GPS. Ainsi, celui-ci m'a indiqué une route à gauche que j'ai donc prise. Une petite route bien défoncée. A l'issue de cette route, pas de panneau de col, juste quelques chevaux avec une cloche autour du cou... Bizarre, bizarre... Revenu sur mes pas, enfin mes tours de roue, je me suis rendu compte que la route à prendre était en fait quelques dizaines de mètres plus loin ! Ce qui est étrange, c'est que mon GPS, d'habitude si prompt à me dire "tu t'es trompé pauvre cloche !", n'a pas bronché...

Bref, de retour sur la vraie route, j'ai pu arriver au vrai sommet du col, voir le panneau et le prendre en photo !

Cette ascension étant en cul-de-sac, pas d'autre choix que de descendre par où je suis monté. La première descente du séjour sans brouillard ou route humide. J'ai peu enfin prendre du plaisir dans cet exercice qu'au demeurant, je n'apprécie pas outre-mesure.

De retour dans la vallée, j'ai mis le cap sur Cauterets Pont d'Espagne. Une montée de 15 km environ qui débute à Pierrefitte-Nestalas par un passage dans de magnifiques gorges. La pente est assez douce au début (5-6 % voire moins parfois) mais les voitures y sont nombreuses ! Le site de Pont d'Espagne est visiblement très touristique et attire beaucoup, beaucoup, beaucoup de monde... J'étais parfois au milieu d'un cortège d'autos avec ses bruits de moteur et ses gaz d'échappement.

Je me consolais avec la beauté des lieux : sublime ! Je me consolais aussi avec mon coup de pédale qui était encore une fois au rendez-vous !

Un peu avant Cauterets, il y a eu un insolite enchaînement très serré de virages qui n'est pas sans rappeler celui du Grand Colombier par Culoz.

Autre caractéristique de cette route : les nombreuses cascades à proximité.

Après Cauterets, la route se redresse davantage (même si auparavant, il y a quand même eu un passage à 10 % !) et les 5 derniers kilomètres sont vraiment exigeants.

Dans le final, j'ai remonté une file impressionnante de voitures à l'arrêt prises dans un gros bouchon avant l'entrée sur le site de Pont d'Espagne. Petite déception, le route ne mène pas jusqu'au fameux pont et sa cascade, il fallait continuer à pied. Je n'avais pas le temps pour cela...

Demi-tour donc car encore une fois cette montée était un cul-de-sac. Une descente rondement menée avec quelques belles pointes de vitesse. A un moment, sur la gauche, j'ai vu la route de Cambasque (arrivée d'étape du Tour). J'ai hésité mais au vu de l'heure qu'il était et ayant un impératif horaire en début d'après-midi, je n'avais hélas pas le temps de m'autoriser ce petit bonus...

Je filais donc tout droit, repassais Cauterets puis plongeais vers Pierrefitte et Argelès.

Ainsi se concluait mon séjour à vélo dans les Pyrénées. Cela faisait 27 ans que je ne m'étais pas confronté aux cols pyrénéens. Cela faisait aussi un paquet d'années que je n'avais pas fait de haute montagne (même si le Grand Colombier il y a 3 ans, c'était quelque chose !). Me voilà rassuré sur ma capacité à évoluer sereinement dans ces contrées si toutefois je maintiens mon niveau de forme actuel.

Cela me conforte dans mes futurs objectifs pour les années à venir : le Ventoux, la Marmotte (Croix de Fer, Galibier, Alpe d'Huez) et plein d'autres cols mythiques !

Avant cela, l'année prochaine je poserai mes roues sur les routes toutes aussi légendaires de Liège-Bastogne-Liège et de la Flèche Wallonne.

Pas le même décor mais les mêmes émotions, assurément !
-------
Départ : Plutôt nuageux, 15°C, Humidité 93%, Vent 9km/h de SSE
Arrivée : Plutôt nuageux, 21°C, Humidité 68%, Vent 4km/h de N

Image 031

 

Image 001

Image 017

 

Image 018

 

Image 019

 

Image 020

 

Image 021


 


08/08/2021
8 Poster un commentaire

Souvenez-vous - Episode 12 : les pavés du nord

Christophe Rota.jpg

(mis en ligne par CR)

 

Oh l'effort de mémoire n'est pas bien important car cela date de la sem&aine dernière mais ce que j'ai vécu sur le vélo mérite à mon sens de figurer dans cette partie du blog. Histoire aussi de partager cela ave vous, des gars qui savent de quoi je parle, qui savent ce que ça veut dire que de faire du vélo...

 

Pour échapper aux grosses chaleurs (raté le vendredi avec 37° mais réussi les autres jours) et à la foule, nous avions décidé dès l'année dernière de passer nos congés d'été dans le Nooooooooord ! A quelques centaines de mètre de la Belgique et à mi-chemin entre Lille et Valenciennes. Je ne pars jamais en vacances d'été sans mon vélo et comme tous les ans, j'avais programmé trois sorties 124 km, 129 km et 118 km.

 

La première fut l'occasion de goûter à Paris-Roubaix et donc à quelques pavés. Je ne suis pas un fervent amoureux des pavés mais je me suis dit que l'occasion était unique de voir ce qu'il en était exactement. Je n'ai pas été déçu ! C'est pire encore que ce que j'imaginais ! Je suis passé à Camphin en Pévèle, j'ai vu l'entrée du secteur du même nom, j'ai vu l'état des pavés, j'ai fait 10m dessus, histoire de, et puis j'ai fait demi-tour ! Ce n'était pas dans mon itinéraire mais j'ai voulu y poser mes roues... Par contre, dans mon itinéraire, j'avais programmé le secteur de Hem. Un secteur des plus faciles donc je m'étais dit que là, je pourrais y aller sans trop de soucis. Que nenni ! Un enfer ce secteur ! Les célèbres bandes de roulement des deux côtés sont super cabossées, c'est limite pire que les pavés ! Alors je suis resté sur le haut du pavé. C'est d'ailleurs une nécessité tant la route est bombée et quelques centimètres à droite ou à gauche vous projettent inévitablement sur le côté (dévers de malade !) surtout que les routes étaient encore mouillées de la pluie de la nuit précédente. Qu'est-ce que ça secouait ! Ca tapait de tous les côtés ! Mon admiration pour les pros de Paris-Roubaix n'en est que plus grande maintenant que j'ai vu ce qu'est un secteur pavé "facile". Un kilomètre et demi de tape-cul plus tard, j'étais enfin sorti du secteur. Je crois que je vais plus vite dans un col ! Mon itinéraire m'emenait ensuite à Roubaix. J'ai fait le dernier secteur pavé de la course, le Charles Crupelandt, 300m de turbulances, et puis je me suis retrouvé aux portes du vélodrome. Et là, joie, bonheur, extase ! Il était en accès libre ! Je ne me suis pas fait prié pour y entrer et j'ai donc fait mon tour de piste (comme Hinault, Moser, De Valeminck, Merckx, Museeuw, Boonen, Duclos, Madiot...). Je n'ai pas battu des recordes de vitesse car je me suis régulièrement arrêté pour prendre des photos ! Sorti de là, j'ai poursuivi ma route en contournant Lille par le nord puis en retombant dans des villages aux noms célèbres pour les connaisseurs : Attiches, Mérignies, Mons en Pévèle, Bersée, Nomain, Orchies...

 

La seconde allait m'emmener en Belgique du côté des terrils de Mons mais aussi et surtout à la célèbre trouée d'Arenberg ! Ce que je retiens du début de parcours (en Belgique), ce sont les routes en plaques de ciment mal jointes. Tous les dix mètres, paf ! C'est usant à force ! Et puis aussi des secteurs pavés en guise de traversée de village. Là-bas, il y a des villages entiers en pavés ! Et ils ne secouent pas moins qu'en France ! La zone des terrils à mi-parcours m'a permis de retrouver des côtes à escalader. Parce que dans le nord, c'est plutôt plat... Et puis enfin, le moment tant attendu est arrivé ! La trouée d'Arenberg avec son approche imprimée dans tous les esprits des passionnés de vélo (le terril et les puits de mine qu'on voit en hélico à la télé, et bein, je suis passé à côté !). Et puis la trouée, l'unique, l'infernale, l'incroyable ! Elle est merveilleusement affreuse, horrible, indigeste ! Rien qu'à voir les pavés dfisjoints, dans tous les sens, vous avez déjà mal partout ! Alors rouler dessus... Moi, j'ai roulé dix mètres puis... j'ai pris la bande de roulement qui, contrairement à Hem, est en très bon état. Drôle de sensation que de rouler dans un lieu vu si souvent à la télé. J'ai retrouvé toutes les images mais... en vrai ! Le faux-plat descendant, le pont sous lequel on passe, la mi-trouée où généralement il y a une caméra sur une grue, la remontée en léger faux-plat, la sortie du secteur avec ce virage sur la gauche et la grande route. Trop génial ! Ce jour-là, j'ai fini par la forêt de St Amand les Eaux et quelques routes bien sympathiques...

 

La troisième enfin m'offrait l'opportunité de rouler sur d'autres routes de légende, celles du Tour des Flandres ! La veille au soir, j'ai ressenti la necessité de revoir mon parcours. Bonne intuition car après analyse, l'itinéraire prévu m'aurait fait louper quelques coins célébres ou alors prendres de monts en sens inverse de la course que l'on connaît et cela aurait été bien dommage ! Mais avant de me frotter aux monts du Ronde, il me fallait atteindre ce secteur et en chemin, j'allais traverser Tournai dont le centre est tout en pavés disjoints et escalader le Mont St Aubert. Un mont aux pentes irrégulières sur une toute petite route. Après 39 km, les choses sérieuses pouvaient commencer avec le Kluisberg. Un mont asphalté sur une toute petite route avec des ruptures de pente alternant des passages à 10-15 % avec des replats. Dix kilomètres plus loin, c'était au tour du Vieux Kwaremont, mont mythique dans l'histoire du Tour des Flandres. Le fief d'Eddy Merckx ! 2400 mètres dont les 1600 derniers en pavés. Ca commence à 6-7 % puis vers le début de la zone pavée, un passage à 11,5 % et un replat à l'entrée du village avant de reprendre un peu de pente sur le haut. Je ne me suis jamais aussi bien senti sur les pavés ! Du pur bonheur que ce Vieux Kwaremont ! En haut du mont, on ne redescend pas tout de suite mais on passe sur une route dédiée à la course avec des panneaux montrant les coureurs qui ont marqué le Tour des Flandres et aussi avec le palmarès écrit sur la route, les années et les noms s'égrainant tous les dix mètres environ... Un gros coup d'oeil sur l'année 1992 et la victoire de Jacky Durand, dernier vainqueur français ! A l'issue de cette route (la van vlaanderen straat), je suis redescend puis j'ai attaqué le Hoogberg, 2,5 km de montée à 6 % de moyenne avec un passage à 9 %. Dans le prolongement, ce fut au tour du Hotondberg à 5-6 % de moyenne avant une descente vertigineuse ! Je quittais alors ce secteur historique et riche en exploits avec un petit pincement au coeur. J'aurais bien aimé pousser jusqu'au Mur de Gramont, au Tenbos, au Bosberg mais je n'avais pas le temps. Il me fallait rentrer et ce fut chose faite sur un terrain beaucoup plus plat avant les derniers reliefs de fin de parcours notamment du côté de Froidmont. J'effectuais mon retour en France dans les tout derniers kilomètres et par un chemin de terre plutôt intimiste et qui semblait caché (pour échapper à la douane).

 

Je garde de ce séjour de superbes images et de superbes sensations. J'ai hâte de revoir Paris-Roubaix et le Tour des Flandres. Le contexte sanitaire particulier de cette année a voulu que ces courses soient programmées dans les prochaines semaines. J'aurai moins de temps à attendre comme ça...

 

Quelques photos :

 

Sortie 1

 

Camphin en Pévèle :

Image 021

 

Hem :

Image 019

 

Hem :

Image 023

 

Roubaix

Image 019

 

Le secteur Charles Crupelandt :

Image 021

 

Le vélodrome :

Image 022

 

Le vélodrome (face à l'entrée) :

Image 025

 

Le vélodrome (premier virage) :

Image 027

 

Le vélodrome (devant la tribune) :

Image 028

 

Le vélodrome (la ligne d'arrivée) :

Image 029

 

A l'entrée du vélodrome (sur la gauche) :

Image 001

 

Mons en Pévèle :

Image 002

 

 

Sortie 2

 

Les pavés belges :

Image 003

 

Un terril :

Image 004

 

Une montée en pavés belges :

Image 005

 

Encore des pavés belges :

Image 006

 

Un des deux puits avant l'entrée d'Arenberg :

Image 031

 

A gauche de l'entrée de la trouée d'Arenberg :

Image 007

 

L'entrée de la trouée d'Arenberg :

Image 008

 

Aïe ! Aïe ! Aïe !

Image 030

 

L'enfer du nord :

Image 009

 

 

Image 010

 

La sortie de la trouée :

Image 012

 

 

Sortie 3

 

En haut du Mont St Aubert :

Image 013

 

Eh oui, ici aussi, il y a des cols :

Image 014

 

Là, j'entre dans la légende... Le Vieux Kwaremont est tout proche :

Image 015

 

Le sommet du Vieux Kwaremont :

Image 016

 

La van Vlaaderen Straat :

Image 011

 

Le roi des belges :

Image 018

 

A quand un successeur ?

Image 020

 

 


02/08/2020
3 Poster un commentaire

Souvenez-vous : Episode 11 -Un président confiné fait quoi ?

Identit---Thierry.jpg

 

 

Mise en ligne par AB

 

Arnaud :

 

Un président confiné fait quoi d'après vous ?

 

Et bien pas grand chose de moins ou plus que vous, à manger, le ménage, du jardinage, se fait tondre la touffe pour réussir à remettre sa casquette de cycliste sous son casque, en fin pour le moment pas besoin de casque pour faire du Home-trainer afin de conserver la forme.

Il lui arrive aussi d'aller chercher des oeufs dans le jardin, surtout quand Pâques arrive !

 

Voilà, mon président n'a pas changé, toujours la banane et toujours aussi affûté même en confinement après plus de 40 jours...

 

L'album d'un président confiné en photos :

 

Activité jardinageBadminton avec les enfantsEn cuisine pour une bonne tarte aux pommesEn plein ménageLe Prez CCS chez le coiffeurMa poule de PâquesMa séance Home trainer avec la pause prostateMon entraînement motivé en home trainer

 

 

 

 

 

 

 

 

 


01/05/2020
11 Poster un commentaire

Souvenez-vous : Episode 10 -Souvenir de l'étape du tour 2017

 

Identit---Herv--.jpg

 

 

 

Mise en ligne par AB

 

 

Comment et pourquoi j'ai participé le 16 juillet 2017 à l'étape du tour :

 

 

Cela commence un week end d'octobre 2016, mon ami Philippe Bouvier me téléphone:

 

Philippe: Hervé, Antoine a trouvé une location à Briançon pour faire l'étape du Tour , il faut une réponse rapide c'est un logement pour 12 juste à côté du village étape.

Moi: Philippe je veux bien venir avec vous (à l'époque j'étais Président du CCS) je vais vous faire l'intendance. Tu sais je ne pense pas être au niveau pour faire un truc comme ça , Pour moi c'est énorme.

Philippe: mais si tu peux..

Bon fin de conversation (Attention il n'y a pas eu d'enregistrement , c'est en gros le ton de notre échange)

La nuit du samedi , j'ai très mal dormi, putain Hervé c'est un truc à ne pas louper, partir avec 12 copains pour participer à une des plus grande cyclosportive de France, ton Frangin qui vient de faire un AVC lui ne pourra jamais...Et puis M.... Je rappele Philippe, j' y vais je m'inscris!

Tous les copains motivés pour cette épreuve  s'inscrivent rapidement et oui nous ne serons que 15 000 au départ.....!

 

Maintenant c'est signé, engagement validé par l'organisation, maintenant il n'y a plus qu'à,

L'année va être consacrée au maximum au vélo, l'idée c'est de terminer.

Titi notre futur Président nous demande si nous voulons bien courir pour son association concernant la maladie de son petit, allez encore une motivation de plus avec tout dans la tête impossible de caler dans l'Isoard.

Ensuite....

Grosse année d'entrainement, des réveils à 4 ou 5 heures le dimanche pour aller faire des bornes, mais toujours avec les copains du club même ceux qui n'étaient pas engagés, nous avons vraiment fait une superbe année de vélo.

 

Mais bon le boulot , et oui je travaillais déjà sur Angers, les entrainements, la fatigue arrivait. Il était temps de pouvoir partir....

Et enfin le jour du départ, chargement des minibus , le plaisir d'être ensemble pour vivre cette aventure (nous avions déjà avec certains partagé le roc d'Azur) Il faut avouer des moments comme ça c'est inoubliable.

Bon je vous passe le trajet...Par contre je ne peux pas oublier l'arrivée. A l'arrivée des clés devaient être cachées  pour nous donner accès à l'appartement. Mais là rien... Nous apprendrons plus tard que le gars qui devait nous apporter les clés avait eu un accident avec un cycliste! Bon pour la faire courte il a fallu que l'on force une porte que l'on ne se trompe pas d'appart en photo celui de notre voisin pour quelques jours.

 

Et voilà , ensuite... 200 kms de vélo en montagne chacun avec son niveau, des moments où tu te demandes pourquoi tu es là et d'autres (les plus nombreux) où tu es heureux comme un gamin.

Notre plus belle victoire c'est d'avoir tous terminé, Loin d'Antoine pour moi (derrière) ,  mais j'ai eu le plaisir de finir un peu après Seb qui m'attendait en haut de l'Isoard pour que l'on puisse boire une bière ensemble.

 

Un très très grand merci encore une fois à Philippe, sans lui je n'aurais jamais osé

 

artimage_724711_7262603_201707201357744

 

artimage_724711_7262601_201707201355802

 

 

artimage_724711_7262607_201707201401912

 

 

big_artimage_724711_7262598_201707201351748

 

 

artimage_724711_7262600_201707201353650

 

 

artimage_724711_7262599_20170720135251 (1)

 

 

 

 

L'article complet de 2017 sur le blog ICI


19/04/2020
9 Poster un commentaire

Souvenez-vous - Episode 9 - Ma rencontre avec Michel Sardou

Christophe Rota.jpg

(mis en ligne par CR)

 

Il est des moments dans une vie qui se figent dans le marbre. Parfois ce sont des instants curieusement anodins, allez savoir pourquoi, parfois des moments à la limite de l'irréel ! Parfois tout s'oublie, parfois l'on n'oublie pas... Ce mercredi 7 juillet 2010 restera gravé en moi, pour l'éternité !

 

Je ne vais pas revenir sur le moment où j'ai appris que je faisais partie des heureux élus pour vivre ces heures qui s'avéreront inoubliables. Toutefois, je vais remonter quelques heures avant le grand moment, histoire de l'écrire, histoire de ne pas oublier cela non plus...

 

Mercredi, 15h30. Je passe la porte de l'appartement et grimpe dans la voiture de ma femme direction la station RER de Neuilly Plaisance. Habituellement, je me gare dans le parking du Auchan concomitant mais n'ayant pas d'idée précise sur l'heure de mon retour, et sachant que ledit parking ferme à une heure donnée, je préfère rechercher une place dans les rues voisines. Seulement, toutes les rues voisines sont à stationnement à disque ! Je tourne, tourne et re-tourne dans les rues mais rien à faire, que des zones bleues ! Je suis fervent supporter des bleus mais là le bleu me sort par la tête et je vois les minutes s'écouler, s'écouler, s'écouler... Je trouve finalement une place dans un renfoncement. Je sors de la voiture et constate que ce renfoncement est également en zone bleue, le sol était en terre et il n'y avait donc pas de marquage en sol... Je fais quelques pas en direction de la station RER tout en cogitant. M..., je suis en infraction ! Et puis sur mon chemin, je découvre un parking payant, le parking de la station RER que je ne connaissais pas. Hop, je fais demi-tour et reprends la voiture puis vais me garer dans ce parking ! C'est un forfait à la journée : 4,20 euros. Au moins là, je serai tranquille !

 

Mercredi, 16h05. Je suis sur le quai de la station RER. J'attends qu'une rame veuille bien se présenter. Une d'entre-elles est annoncée pour 16h08... puis 16h10... puis 16h12. Là, je repense aux fois où je devais aller au boulot par ce biais là, quelle galère ! 16h14, j'entre dans la rame. C'est climatisé ! Chouette ! Avec mon pantalon, revêtu pour l'occasion puisqu'en temps normal, d'avril à septembre, je suis en short, je ne me liquéfie donc pas sur place comme j'en avais peur... Environ vingt-cinq minutes plus tard, je débouche sur les Champs Elysées...

 

Le rendez-vous est à 17h30, j'ai donc encore beaucoup de temps devant moi. J'ai promis à Rachel de lui ramener des photos de l'Arc de Triomphe. Du haut de ses quatre ans, elle adore ce genre d'édifice : la Tour Eiffel, les cathédrales, les églises... Je me mets donc en route vers le monument avant d'en rencontrer un autre un peu plus tard... Pas simple de prendre des photos depuis les Champs, les arbres obstruent le champ de vision ! Pour bien faire, il faudrait se mettre en plein milieu de l'avenue qui accueille les géants de la route chaque fin juillet. Vu la circulation, c'est bien entendu impossible ! Je me rapproche donc encore et encore et débouche sur un endroit quelque peu dégagé qui me permet de prendre quelques clichés. Voilà, ça c'est fait ! Maintenant en route vers un géant de la chanson !

 

Mercredi, je ne sais quelle heure. Oui, car je n'ai pas de montre, et je n'ai pas pris mon portable non plus. Je redescends les Champs Elysées, muni d'un papier m'indiquant le plan du quartier, à la recherche de la rue Bayard. J'accélère le pas, aidé en cela par la pente déclinante... N'ayant qu'une vague idée de l'heure, il ne vaut mieux pas traîner en route ! Pour être honnête, à ce moment là, les pulsations s'accélèrent un peu... Le grand moment approche et j'approche d'un grand, d'un très grand !

 

Mercredi, aux alentours de 17h15. Je viens de bifurquer dans la rue Bayard et aperçois à quelques pas de là un bâtiment qui pourrait bien être celui de RTL. Quelques pas de plus et là plus de doute : des barrières rouges à l'effigie de la station trônent devant l'entrée, un gros camion aussi... J'entends des voix... Quelques pas de plus et j'aperçois Helisa avec quelques autres. Je me rapproche, je reconnais Irlande, son mari, Zabeth, Patricia (FFVII), Pigmée et Steph75. Je dis bonjour à certains et pas à d'autres... Qu'ils m'en excusent ! A ce moment là, j'ai les idées un peu confuses...

 

Mercredi, juste après. Tryphon vient à notre rencontre. Cela faisait quelques instants qu'il était là mais n'avait pas osé s'approcher du groupe déjà présent car il n'était pas sûr de les avoir reconnus. Mon arrivée a donc provoqué la sienne car moi il me connaît... Tonielle arrive à son tour et m'interpelle. Elle était passée près de moi et je n'avais pas tiqué... Oups... Avec Tryphon, nous prenons place dans la file d'attente, petite file d'attente. Olivier arrive... Puis c'est Pierro qui vient nous demander à Tryphon et moi, si nous ne serions pas par hasard du forum...

 

Mercredi, quelques instants plus tard. Nous pénétrons au compte goutte dans le bâtiment. Deux par deux... Vérification de l'identité de chacun est faite. Un vigile me parle :

"- Merci de déposer votre téléphone portable.

- Je n'ai pas de portable.

- Ah bon ????

- Bah oui..."

Une hôtesse nous donne un sac rouge "RTL" avec à l'intérieur une lithographie du visuel de "Etre une femme 2010", un stylo, une dragonne, des cachous, ...

Je poursuis mon chemin... Un autre employé de RTL nous accompagne par groupe de six ou sept dans l'ascenseur direction le sixième étage, on se rapproche du septième ciel... Je pénètre dans la salle d'audition...

 

Mercredi, les minutes qui suivent. Je prends place sur la gauche au deuxième rang entre Tryphon et Fanfan. J'ouvre grand les yeux ! Devant moi, un écran blanc avec le visuel d'Etre une femme 2010, juste devant face à nous, sur une petite estrade, deux fauteuils. Il y a sept ou huit rangs, peut-être un peu plus, de spectateurs, d'auditeurs. L'estrade est à deux pas de nous... J'observe ensuite mes acolytes... J'aperçois au premier rang, à l'autre bout, Chris37, Irlande et son mari. Devant moi, Pierro, Helisa, Pigmée, Zabeth, Laure. J'apprendrai plus tard qu'au premier rang figuraient aussi Manonet, ArianeL. Tonielle arrive à son tour et prend place... à côté de Fanfan évidemment ! Olivier lui se retrouve derrière moi.

 

Mercredi, l'heure de l'écoute est arrivée ! "Et puis après" résonne... Le visuel et le texte s'affiche sur l'écran, les lumières faiblissent... On enchaîne avec "Etre une femme 2010". Pour le moment, rien de nouveau, ces deux-là, on les connaît déjà... Je perçois une petite réaction de Tryphon au moment du vibreur... Après, je ne vais pas me souvenir dans l'ordre et je ne vais pas me souvenir de tout non plus... C'est compliqué d'assimiler, titre, paroles, musique de dix nouvelles chansons (en plus des deux précédemment citées) en une seule écoute.

 

Voler : une première partie moderato, planant. Une seconde partie, allegro, vivifiante, éclatante ! La chanson sur Rio : j'ai ADORE ! Du punch à revendre ! Une énergie musicale que je rapprocherais de "l'Evangile". Je n'aime pas danser mais si je dansais, je danserai ! "Lequel sommes-nous ?" : Alors là, le texte fait sensation ! Chanson de la même veine que du "Quand on est con" de Brassens, c'est dire... "Chacun sa vérité", "l'humaine différence", "Rebelle", et j'en oublie, toutes aussi réussies les unes que les autres.

 

Je tiens à mettre l'accent sur la musique puisque c'est ce que l'on perçoit le plus facilement en une seule écoute. C'est du haut niveau, du très haut niveau ! Un album très rythmé ! Des guitares à tomber par terre ! Trois musiques je crois qui sonnent "Espagne".

 

Au début de l'écoute, je lisais le texte en même temps que j'écoutais puis au bout de deux, trois chansons, j'ai eu le sentiment que cela perturbait mon écoute alors j'ai posé mon regard ailleurs, tantôt vers mes pieds, tantôt vers le ciel, tantôt vers le visuel. Et alors... c'est le voyage à l'infini ! Je me suis vu battre la mesure sur plusieurs morceaux !

 

Mercredi, 18 heures passé. La musique s'arrête, les lumières s'allument, un rideau côté gauche s'ouvre laissant apparaître une pièce d'un blanc éclatant avec quelques tables, quelques verres pour le cocktail qui suivra. Un animateur de RTL, dont j'ai oublié le nom, et que je ne connaissais pas avant, j'écoute très peu la radio, prend place sur l'un des deux fauteuils. Il se présente, nous demande si c'était bien, vous vous doutez de la réponse, et nous fait un peu patienter nous annonçant l'arrivée imminente de l'artiste. Entre temps, le directeur de RTL, si je me souviens bien, nous fait un petit speech qui me rappelle l'extrême privilège que j'ai d'être là, dans ces lieux, à quelques secondes de l'arrivée de Michel Sardou !

 

Les regards se tournent vers la pièce blanche. Etant du bon côté, je penche légèrement la tête et il est là, de dos... Ouaou ! Les pulsations grimpent... L'animateur l'annonce, il se retourne, avance dans cette pièce et entre dans la salle. Tout le monde est débout, tout le monde l'applaudit ! Il nous salue et se jette dans le fauteuil... Les caméras ont pris place, les photographes aussi. Deux micros vont se balader dans le public pour ceux qui souhaitent poser des questions... L'assemblée est quelque peu timide, l'exercice n'est pas simple. On est tous des êtres humains, oui certes, mais en face à deux pas, c'est MICHEL SARDOU, bon dieu ! C'est le mari d'Irlande qui ouvrira le bal... J'écoute religieusement tout ce qui se dit... Je ne vais pas vous faire un rapport question, réponse, je n'ai pas pris de note, j'ai vécu l'instant ! Il s'est dit des choses et d'autres, sur ce que sera la scène à venir, sur la Céline et son Réné, sur la soprano, sur la facilité et la rapidité d'écriture qu'il a eu pour cet album, sur les ressentis de chacun sur certaines chansons. Une chose qu'il n'a pas tardé à nous annoncer, c'est qu'il avait mis toutes les personnes concernées par le prix des places pour ses concerts en ligne et avait pousser une sacrée gueulante ! S'il a dit que les places les plus chères ne dépasseraient pas les 75 euros, il entend à ce que cela soit respecté ! J'aurais pas aimé être à la place des intéressés...

 

Les minutes passent, l'animateur nous indique que l'on va commencer les dernières questions... Nouveau coup d'adrénaline ! Je me dis que je suis là, à deux pas, avec une opportunité que je n'aurai peut-être plus jamais alors il faut que je prenne la parole, que je pose une question mais quelle question ? J'ai pensé poser une question sur les chansons de cet album qu'il jugeait incontournables pour la future scène puis la conversation a tourné sur sa façon d'écrire "une phrase comme ça... puis une autre... sans fil directeur". Oh, sujet qui m'interpelle au plus haut point ! J'entends l'animateur dire "Bon, dernière question !" Je lève la main aussitôt ! Mon coeur, à ce moment là, doit vivre un sprint ou en tout cas une montée de col ! Je sais sur quoi je vais poser ma question mais je ne me la suis pas formulée clairement dans ma tête avant et cela se sentira quand je vais prendre la parole...

"- Je me présente Christophe, Jaja pour les intimes...

- Aaaaaaaaaaaaah, jajaaaaaaaaa, c'est toi ? Je ne t'avais pas reconnu sans ton truc débile sur la tête !

- Oui, c'est moi..."

Là, un truc de fou auquel je n'avais même pas rêvé dans mes rêves les plus fous, il prend la salle à témoin et le v'là qu'il me complimente sur ma façon d'écrire, bien et vite. Il se fait limite mon impresario auprès de l'animateur RTL. Je suis tellement surpris, sur le cul, ébahi, interloqué, foudroyé, étourdi, que je ne comprends pas tout de l'échange entre lui et l'animateur à mon sujet. J'entends un truc du genre "va falloir travailler avec lui..." et la réponse du maître "oui, oui, on va regarder...". Des secondes d'éternité... J'en viens alors à ma question. Je résume parce que je me suis emmêlé les pinceaux à la poser à l'affût de sa réaction. En gros, j'ai demandé quand il écrit, est-ce qu'il partait d'une idée, puis lui venaient les paroles puis le titre ou alors partait-il d'un titre dont découlaient ensuite les paroles. Là, il m'a donné de bons conseils me demandant de lire une chanson d'Aznavour que tout auteur devrait avoir au-dessus de son lit, une chanson qui explique tout ! Et donc, sa façon de faire, c'est de partir d'un titre et de tourner autour...

 

Finalement, il y aura encore quelques questions après moi... puis il s'en ira... et passant à mes côtés me lancera un "Saluuuuuut Jajaaaaaaaa !!!!" Je ne suis pas encore remis de mes émotions qu'une personne de RTL nous annonce que nous allons faire des photos de groupe avec Michel Sardou ! Ouaou !!!! Ce sont d'abord les gagnants du concours RTL qui prirent place sur l'estrade et Michel Sardou, après une petite attente, fut de retour. Mitraillage ! Puis c'est à notre tour, les membres de son forum ! Je me retrouve à sa droite et là, c'est le deuxième effet Kiss cool ! Il me tape le bras gauche et me dit "Mais t'écris bien toi ! Et viiiiite !!! Non vraiment !". JE SUIS AUX ANGES !!!!! Et bien que mes pulsations ont nettement redescendu, le plus dur c'est de se lancer finalement, je bafouille un "merci" incapable de rebondir et d'engager une conversation plus construite. Après coup, je lui aurai bien répondu "Mais j'adore ça ! Ecrire, composer ! Je pense que c'est la base de tout..." Enfin... Donc, nouveau mitraillage ! Je dois avoir un sourire jusqu'aux oreilles... Ca équilibrera avec la star, non je rigole, il était très souriant !

 

Je regagne ma place autant que faire se peut pour récupérer mes affaires. Michel Sardou est encore présent signant quelques autographes tout en discutant longuement avec RV sur le sujet brûlant du prix des places. Bon, j'ai déjà eu un tas de moments merveilleux ces dernières minutes mais, bien que n'étant pas venu pour cela à la base, je me dis qu'un petit autographe me ferait pas de mal... Je lui tends donc ma lithographie et il inscrit dessus "Pour Christophe, Amitiés, Michel Sardou".

 

Cette fois-ci il prend congé définitivement de nous... Nous nous dirigeons alors vers la pièce blanche pour le cocktail offert. Un petit verre de Coca light, quelques discussions, quelques impressions échangées puis je regagne le couloir. Là, je retrouve Béa, Tonielle et Fanfan. Soudain, une caméra de BFM TV surgit ! "Mesdames un petit mot ?" Et voilà que mes compagnes reculent d'un pas, de deux et plus s'il n'y avait pas eu un mur... L'interviewer se retourne alors vers moi. Je commence par dire non mais ces charmantes demoiselles qui s'étaient défiler disent "si ! si ! si !". Bon, je ne suis plus à une émotion près allez, allons-y ! Me voilà à répondre à une caméra, maintenant ! J'vous jure ! Il me demande mes impressions sur ce que je viens d'écouter, me questionne sur l'éventuelle présence d'un fossé générationnel parmi les fans puis me demande comment j'avais connu Sardou. Sardou, je l'ai connu par un de mes oncles qui était fan également, je devais avoir 5 ou 6 ans et depuis, ça dure !

 

Mercredi, quelques émotions plus tard. Je reprends l'ascenseur, sors du bâtiment et retrouve là quelques énergumènes répondant au nom de Tonielle, Fanfan, Tryphon, Pierro, Steph75, Chris37, Zabeth, Pigmée, etc... On se quitte assez rapidement, je file pour ma part avec Tryphon, Steph75, Zabeth et une de ses filles jusqu'à une station de métro. Nos chemins se séparent alors...

 

Après avoir récupéré le métro, et le RER, je regagne la voiture. Là, au moment de sortir du parking, je constate que les barrières sont grandes ouvertes, je passe ! 4,20 euros d'économisés ! Décidément, y'a des jours comme ça...

 

Arrivé chez moi...

Ma femme : "Alors ?"

Moi : "Oh la la la... Au-delà de mes espérances... Attend, je me mets à l'aise et j'te raconte..."

 

420576_3390508244136_139268821_n

 


12/04/2020
3 Poster un commentaire

Souvenez-vous : Episode 8 -Jeunesse musicienne époque cheveux longs...

 

Maurice profil

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mise en ligne par AB

 

 

 

 

 

 

Maurice CONILLEAU :

Petit résumé d'un passage  de notre vie déjà lointain dans une formation musicale ayant pour but d'animer  les bals populaires d'une époque que les moins de cinquante ans n'ont jamais connue ....


Sous l'appellation " EVELYNE ET SON ENSEMBLE " , cet orchestre créé dans les annees 75 à CHEMIRE LE GAUDIN,   nous a  réunis une bonne dizaine d'années laissant des souvenirs impérissables.


Nous étions jeunes et c'etait le bon temps !

 

Télécharger

 


04/04/2020
20 Poster un commentaire

Vidéo Rétro sympa de BRETTE SPORTIF -Années 1960 à 2020

profil-aboo8399671_8421311

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mise en ligne par AB

 

Petite vidéo rétro sympa de nos camarades du BRETTE SPORTIF, club local de légende, rétro années 1960 à 2020.

 

Découverte pour les plus jeunes et pour nos camarades expérimentés certainement de sacré souvenirs en perspective !

 

"ils étaient hier sur les podiums, certains  sont encore dirigeants de Brette Sportif"

 

 

 

 

 

 


02/04/2020
7 Poster un commentaire

Souvenez-vous : Episode 6 -Suzerains une histoire en Selfies de Potos

profil-aboo8399671_8421311

 

 

 

 

 

 

 

Mise en ligne par AB

 

 

 

Il était une fois des Suzerains heureux d'être entre "Potos" ( Potes) pour partager de bons moments sportifs et humains dans un monde libre

 

Parfois ils immortalisaient leurs joies par des Selfies Potos ( auto-portrait numérique en groupe), à 2, à 3 et parfois beaucoup plus, tellement plus que la longueur du bras de l'auto -photographe n'était pas suffisante pour mettre tout le beau monde dans la boite !

 

Pour certains avec la langue quelques fois, pour d'autres toujours avec ***

 

C'était avant le plan de confinement de notre douce France contre le méchant virus surnomé COVID-19, mais rassurez-vous, nous allons bientôt avoir l'occasion de remettre le couvert encore plus fort !

 

Pas besoin de long discours, savourez dans l'attente....et prenez-soins de vous.

 

PS : si vous avez des SELFIES de groupe pour l'épisode 2 = bouhoursarnaud@live.fr

 

 

SELFIES DES POTOS SUZERAINS E1

 

 


01/04/2020
11 Poster un commentaire

Souvenez-vous : Episode 7 -Le tandem ficelle

Olivier-Jousse.jpg

 

 

 

 

Mise en ligne par AB

 

 

 

Le 20 décembre 2015, 

 

Une sortie vtt pas comme les autres, je rejoins la place de la suze pour faire ma petite  sortie dominicale.

Il est 9h, je suis présent avec comme d'habitude un vélo brillant, propre et bien entretenu ?

Sale

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Accompagné d'Alain Lambert qui est au top de sa forme . 

Alain est à cette époque notre gps ambulant , il connait tous les chemins et je le remercie par cette publication de m'avoir permis de connaitre tous les chemins du coin.  avec son voisin, Hervé Peslier, David Bouvet,  Salem Benalia et un copain de Roeze qui aura fait sa seule sortie avec le ccs...vous comprendrez  pourquoi après..

 

Bien sùr, il tombe de l'eau et Philippe Bouvier n'a pas voulu sortir son beau vélo?

 

Nous partons vers Guécélard, le terrain favoris d'Alain, Pourquoi vous vous posez la question, et bien cela permet de faire une sortie avec 5m de dénivelé positif....  il n'y a pas de cote!!!mais attention le danger est ailleurs.

30 minutes de vtt, et voici la première crevaison de Salem. Nous repartons après une réparation express mais nous sommes à nouveau arrêtés par le pneu avant qui se dégonfle de nouveau. Salem trouve l'épine et la sortie reprend. 

Nous sommes dans les bois et attaquons les chemins à fond. Salem fait le malin et passe Hervé dans la ligne droite.

Au virage, Salem a 3,4 m d'avance mais nous le voyons mettre un grand coup de freins et faire un soleil dans le fossé.....la raison...un cheval cabré en fasse de lui...!!!! Plus de peur que de mal, Salem à de belles égratignures mais tout va bien.

 

Mais vers 11h, nous attaquons l'everest de la sortie, une pente de 5 m de dénivelé à franchir, Alain pose le pied à terre....(ok j'en rajoute, il a réussi à la monter) et Salem plein de courage passe tout à gauche sans changer de plateau....et ce qui arrive arrive...., la chaine casse!!

En bon mécanicien, Salem n'a pas de dérive chaîne ...comme nous tous!!!, mais avec son talent, il arrive à bricoler  et on peut repartir....

Nous rentrons tranquillement sur la suze mais la chaîne lâche de nouveau à 4 kms de la suze. la chaîne est OUT, impossible de la réparer.

A ce moment, Alain à une idée lumineuse, il passe la clôture d'un champ, rentre dans une grange et trouve une ficelle .....le tandem Ficelle voyait le jour!!

 

Le clou du spectacle en son et image svp :

 

 

 

 

 

 


01/04/2020
2 Poster un commentaire

Souvenez-vous : Episode 5 -Rémi Un petit bout de saint Jacques de Compostelle

Profil Rémi

 

 

 

 

 

 

 

 

Mise en ligne par AB

 

 

 

Nous sommes le 4 mai 2013
Et je décide de me lancer dans une étape de Saint Jacques de Compostelle...


Pour le décor de notre belle France et surtout pour tester mes limites physiques car cela ne sera pas de tout repos...et ça le sauras...
Je me raccroche a un groupe donc je suis le plus jeune, qui eux font une étape par an, ses personnes sont des connaissances et amis donc je ne suis pas perdu.


Après pas mal de week-end (en vérité tous les week-end de Février à Mai ) a marcher seul ou accompagné pour s'entraîner , chargé comme des mulets ect je vous passe les détails des entraînements c'est trop long ?.

 

C'est parti !!!

 

vlcsnap-2020-03-29-10h16m29s438

 


Tout d'abord...
La Crédencial est en quelque sorte le « carnet du pèlerin » il a été ouvert à Roezé sur Sarthe . Obligatoire, elle permet d’accéder aux gîtes présents sur le parcours de Saint-Jacques-de-Compostelle (et je peux vous dire qu'on est content d'arriver le soir et le tampons t'en a rien à carrer, tu penses qu'a la douche, soigné tous les bobos et au lit LOL ?) .

Elle est également vivement recommandée en France bien que l’on puisse loger dans les auberges sans avoir besoin de la montrer et sans ce faire arrêter par la maréchaussée car sans ça il est interdit de faire du camping sauvage et nous sommes en quelque sorte SDF si on se fait contrôler.


Chacun des établissements fréquentés tamponnera ce carnet que le pèlerin présentera ensuite à l’arrivée à Saint-Jacques-de-Compostelle afin de recevoir la Compostela, une sorte de « diplôme du pèlerin » qui atteste de l’aboutissement de la marche mais ça ce n'est pas au programme‚ car je ne suis pas à la retraite et que j'ai dû poser 15 jours de congés qui ont était durement accepté par mon boulot.

 

Notre départ 

 Nous suivons le GR65 au départ de CONQUES par des petites ruelles pavées.
Nous traversons le DOURDOU sur le vieux pont romain.
Ensuite, nous avons notre première difficulté :
une montée raide de 1 km environ avec un dénivelé de 24 % pour rejoindre la petite chapelle Sainte-Foy.

Nous apercevons CONQUES au loin.
Le chemin suit le tracé du GR 65 et est également balisé par la Fédération française de la Randonnée pédestre

Sachez que tout le monde ne prend pas le chemin de Saint-Jacques à pied. Beaucoup le font en VTT, ce qui permet de faire des journées de 50 à 90 km parcourus. D’autres le font à cheval, ce qui est encore une autre façon d’apprécier le parcours.


Pour nous ça seras entre 30 et 45 kms par jours car notre temps est limité et nous ne ferons pas de haltes à chaque point comme la plus par des pélerins, avec à peu près entre 15 et 19 kg sur le dos pour une parfaite autonomie alimentaire et vestimentaire et pourtant le moindre gramme est rentabilisé.


 Nous comptabiliserons  217 kilomètres pour faire la voie CONQUES ver MOISSAC, et en 10 jours de marche pour nous si tout va bien...à savoir que normalement cela se fait sur 17 jours!!!


D'ailleurs sur le chemin nous avons eu le surnom "des fous" car notre périple n'est pas passé inaperçue et les nouvelles vont vite dans les villages les gites et les personnes que nous croiseront...c'est quand même avec de la fierté que j'assume cette adjectifs qui nous qualifiera tous au long de cette étape.

 

Entre ampoules échauffement des épaules des cuisses et j'en passe, des douleurs articulaires des malaises de fatigue ect...
Physiquement j'ai pris super cher et mentalement et visuellement j'ai pris une claque.


 Sur notre chemin nous croiseront différentes personnalités et nationalité et ça c'est intéressant, entre la femme seul avec ses deux enfants en bas âge ou de l'Australien partie de chez lui en claquettes...oui oui en claquettes...le mec avait des ampoules sous les ongles des pieds mais un sourire a toute épreuves et Indéniablement un mental d'acier.

Super ambiance entre nous un soutien collectif a tous épreuves, une cohésion forte alors que nos chemins ne c'était jamais croisé auparavant.....bon quelques engeulades dû à la fatigue mais rien de méchant ? Qui n'a pas altéré l'expérience humaine.


 Je pourrais en parlé des heures tellement il y a de détails et de péripéties heureuses et malheureuses, mais les quelques photos vont parler d'elles-mêmes.

Une sacré expérience, je la recommande pour celui qui se cherche et cherche l'aventure.

 

Rémi

 

Les photos de cette aventure ICI :

MES PHOTOS ICI

 

 


29/03/2020
11 Poster un commentaire